Catégories
Bébé et maman

La propreté : dire adieu aux couches

Corps

L’été est la période idéale pour aider un enfant à devenir propre. Sans précipitation, mais avec un accompagnement positif. Cinq astuces pour le guider vers le pot.

Votre tout-petit est en âge de dire adieu aux couches ? Quelques repères peuvent aider à l’accompagner. Sachez par exemple qu’il ne peut y parvenir qu’une fois la maîtrise des sphincters acquise, généralement après 18 mois.

Bébé propre

Outre la physiologie, il faut prendre en compte la psychologie. En période d’angoisse de séparation, il peut avoir la sensation de perdre une partie de lui-même. « L’âge du pot » coïncide aussi en général avec « l’âge du non », période d’opposition qui manifeste son désir d’autonomie.

En intégrant ces éléments, et en prenant le temps nécessaire, la transition se fera sans stress. Car loin d’être un chemin linéaire, la propreté est le résultat d’une évolution naturelle, qui se fait progressivement.

« Installer le pot dans la salle de bains permet d’apprendre à l’enfant les gestes d’hygiène, comme se laver les mains après avoir fait ses besoins. » Mélanie B., pharmacien en Haute-Saône.

5 conseils pour l’aider à devenir propre
 

1- Choisir le bon moment

L’été est idéal… à condition que l’enfant en ait envie, et soit physiquement prêt : il doit savoir monter et descendre les escaliers debout et sans aide. Guettez les signes d’une quête d’autonomie, s’il s’intéresse aux toilettes ou essaye d’enlever sa couche tout seul, par exemple.
 

2- Guider en douceur

Ce qui nous paraît évident ne l’est pas chez un petit, pour qui tout est découverte. Il va falloir rassurer, expliquer, aider à reconnaître les signes annonciateurs. Vous pouvez l’aider à prendre conscience de l’état mouillé/sec en passant aux couches lavables ou à la culotte, en partageant des lectures d’albums sur le sujet. Évitez de lui imposer des horaires fixes ou de rester trop longtemps sur le pot.
 

3- Valoriser son autonomie

Félicitez-le toujours lorsqu’il essaye, même s’il n’arrive pas à temps. Pour l’encourager à faire comme les grands, vous pouvez acheter le pot et choisir ses culottes avec lui.
 

4- Lui faciliter la tâche

Vêtements et couches-culottes doivent être faciles à enlever. Réservez un coin accessible pour le pot, et instaurez une routine, en lui rappelant d’y aller avant/après le repas, la sieste, etc.
 

5- Rester souple

N’en faites pas une règle stricte : certains moments méritent encore une protection, comme un long trajet en train… ou la nuit ! La propreté nocturne ne peut être acquise qu’une fois que celle de la journée l’a été, et plusieurs mois s’écoulent fréquemment entre les deux.

« J’ai profité de l’été pour tester la méthode « naturelle », sans couches. Il faut être disponible et à l’écoute, mais cela lui a permis de comprendre les signes annonciateurs, et ça a été une bonne préparation pour le pot. » Émilie, 29 ans, Nice.

 

Laisser un commentaire
Notation
CAPTCHA
Cette question est ici pour vérifier que vous n'êtes pas une machine.

Les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire
Ces articles peuvent vous interesser