Catégories
Bébé et maman

Le post-partum, comment mieux le vivre ?

Corps

Passagers, les désagréments liés à l’accouchement peuvent parfois gâcher le retour à la maison. Nos conseils pour vivre le post-partum en douceur.

#1 Post-partum, de quoi parle-t-on ?

Le post-partum est un terme générique qui recouvre tous les phénomènes accompagnant la récupération du corps après l’accouchement. Ces derniers se prolongent environ six semaines, jusqu’au retour des règles.

Outre les saignements et les contractions utérines, les symptômes varient selon les femmes. Les plus fréquents sont des baisses de moral, une fatigue persistante, une constipation ou des hémorroïdes, des douleurs lombaires ou abdominales

#2 Atténuer les douleurs des contractions utérines

Inévitables puisque destinées à aider l’utérus à reprendre sa taille, les contractions utérines sont semblables à des crampes menstruelles et peuvent durer une dizaine de jours.

La pratique du peau à peau avec bébé, qui favorise la production d’ocytocine, est un moyen d’en réduire l’intensité, tout comme la pose d’une bouillotte sur le ventre. Si la douleur est trop importante, la prise d’un analgésique est aussi possible, sous réserve d’un avis médical, notamment en cas d’allaitement.

#3 Gérer la fatigue

Il n’est pas toujours facile pour une jeune maman de trouver un sommeil réparateur. Passer le relais au conjoint ou à des proches est un moyen simple de s’octroyer quelques heures de repos en toute sérénité.

L’hypnose peut aussi améliorer la qualité de la récupération. Aujourd’hui, elle se pratique facilement à distance via la téléconsultation.

#4 Douleurs et inconforts divers

L’accouchement met le corps à rude épreuve et peut laisser des séquelles, heureusement provisoires. Quelques séances d’ostéopathie suffisent généralement à remettre le corps en place en douceur.

La rééducation périnéale, prescrite six à huit semaines après l’accouchement, contribue également à faire disparaître les douleurs. Elle est d’ailleurs indispensable pour limiter les risques futurs d’incontinence urinaire.

#5 Surmonter le baby blues

Les bouleversements hormonaux et le manque de sommeil provoquent souvent des montagnes russes émotionnelles. Profitez des consultations postnatales(1) pour évoquer vos difficultés avec une sage-femme afin d’écarter toute suspicion de dépression post-partum(2). Elle pourra vous proposer de faire le test EPDS (Edinburgh Postnatal Depression Scale)(3) afin d’évaluer votre état psychologique. Si votre score est supérieur ou égal à 10, vous serez orientée vers un thérapeute spécialisé qui vous aidera à surmonter vos difficultés.

Se masser avec une crème hydratante aide à renouer avec son corps après l’accouchement.

Des compléments alimentaires adaptés permettent d’éviter les carences en vitamines et en oligoéléments.

 

Notes :
1-     Deux séances de suivi postnatal sont prises en charge à 100 % par l'Assurance maladie, jusqu’à douze jours après l’accouchement, puis à 70 %. Source : ameli.fr
2-     En France, 10 à 15 % des jeunes mères souffrent de dépression post-partum. Source : Les 1 000 premiers jours, là où tout commence, septembre 2020. www.1000-premiers-jours.fr
3-     www.esantementale.ca, rubrique « Outils de dépistage », « La dépression post-partum ».

 

 

Laisser un commentaire
Notation
CAPTCHA
Cette question est ici pour vérifier que vous n'êtes pas une machine.

Les commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire
Ces articles peuvent vous interesser